Déco

Ma bête noire

éclats de rock / Thomas Chaussebourg

France

Retour à la page spectacles Spectacles 2018
Tout public | Chorégraphie pour un danseur et un cheval

Quand les codes du langage corporel de l’homme et du cheval se mêlent en un duo fascinant ; une partition chorégraphique sauvage, brute et libre…

Dans l’espace singulier d’une gigantesque volière en métal, un homme danse, lutte, résiste. C’est un écorché vif qui aime jusqu’à la démesure. Face à lui, un étalon sans selle, ni mors, libre de ses mouvements, de sa fougue ; son alter ego, son double, son fantasme, son obsession, sa bête noire ... qu’il tente d’apprivoiser…

Ce n’est ni du cirque, ni un spectacle équestre, juste un duo peu ordinaire formé par un danseur et un monumental cheval frison d’un noir profond, partenaire danseur et non monture dressée et contrôlée. On ne voit pas en effet un danseur avec un cheval mais un homme en lutte avec lui-même, avec sa « bête noire », turbulente et sauvage. La gestuelle y est instinctive, composée à partir d’une chorégraphie écrite mais aussi d’improvisations ; le spectacle jouant sur les contrastes des énergies, entre violence et douceur, course, ralentis/immobilités et s’appuyant sur l’impressionnante puissance que dégage l’animal. Pour l’accompagner en musique, Thomas Chaussebourg s’est laissé inspirer par L’Imprudence, l’album réputé le plus sombre d’Alain Bashung. Son verbe poétique et cru, sa musique intime ou grandiloquente suivent la trajectoire de l’homme, effeuille ses tourments, ses fantasmes et ses espoirs ; puis, enveloppent le couple homme-cheval lorsqu’il se met à tourner, courir, se frôler, s’enlacer ou s’esquiver… Une création violente et tendre, tragique et sensuelle.

éclats de rock - Thomas Chaussebourg

Tout d’abord professeur d’éducation physique, Thomas Chaussebourg découvre la danse et entre au Conservatoire National de la Région Poitiers dans les années 80. Il démarre une carrière de danseur avec Odile Azagury puis, avec A. Abadie, C. Egrot, G. Gréau, S. Seidman, Ali Salmi... Il intègre la Cie Tango Sumo (2003) au sein de laquelle, il défend une certaine idée de « la danse sortie des théâtres et des lieux conventionnels ». Il a aussi quelques expériences au théâtre… En 1994, il fonde sa compagnie et travaille sur l’immobilité et la notion de présence avec Les bourgeois de Calais, spectacle de rue en solo puis, avec six danseurs (1994 à 2004). Progressivement, il introduit des chevaux jusqu’à se spécialiser dans la relation Danse/Cheval et de créer Ma bête noire qu’il tourne depuis régulièrement (2011)…

http://www.mabetenoire.fr/mabetenoire/Acceuil.html

Pour obtenir les codes d'accès, contactez-nous à cette adresse.