Déco

Rêves d'une poule ridicule

Cie de l'Hyppoféroce

France (81)

Retour à la page spectacles Spectacles 2020
Jeune public - Dès 6 ans | Spectacle musical, marionnettes et masques


Entre musique, marionnettes et masques, une fable volatile, poétique et engagée qui plonge avec humour dans la « malbouffe » et les dérives de la surconsommation. Cococococotttt Codex…

Rêves d'une poule ridicule

Trois soeurs travaillent dans un élevage intensif de poulets. Mais un jour, elles tombent sur un oeuf. La poule chétive et ridicule qui en sort bouleverse la chaîne de production et leurs habitudes. Chacune d’entre-elles tente alors de sauver ses restes d’humanité en choyant les rêves de cette pauvre poule épuisée.
Trois soeurs au coeur généreux mais nulles en maths, 1 oeuf, 2 poules, 3 rêves, 1 mouche, 7289 vers, 2 ailes et 7 masques. Saupoudrez d’une pincée de Dostoïevski et mélangez. Voici comment un oeuf, nouvellement éclos et condamné à ne devenir qu’une pauvre poule de batterie, se prend à rêver et pourrait bien changer son triste destin... Au delà du simple divertissement, Rêves d’une poule ridicule incite petits et grands à réfléchir sur notre civilisation moderne où tout va toujours plus vite. Le poulet comme victime emblématique de la « malbouffe » et des dérives de l’industrie agro-alimentaire ; on en mange sans trop savoir d’où il vient, comme on gobe des idées sans trop savoir qui les a pondues...
Coup de Coeur du Public Off Mondial de la Marionnette de Charleville-Mézières 2017.

Cie de l'Hyppoféroce

Théâtre de marionnette fondé en 2009, la compagnie se compose de Gaëlle Pasqualetto, Christophe Mora, Cyrille Atlan, Erwann Valette, Tamara Incekara et Yannick Harnois. Humanistes, poètes et rêveurs, les artistes de l’Hyppoféroce jettent un regard sur le monde parfois cruel mais toujours consolateur. Oscillant entre la marionnette (technique du Bunraku) et le masque, ils créent un langage singulier relié à la musique et aux différentes transformations scéniques, au service d’un propos engagé sur notre environnement sociétal. Des thèmes forts comme la cruauté, le pouvoir, la mondialisation, la malbouffe, l’exil, la mort éveillent sans cesse leur besoin inconditionnel de dire et de comprendre. Leurs axes de travail sont organiques (Théâtre du pauvre de Grotowski, La classe morte de Kantor) et intuitifs (les Surréalistes et leur recherche sur les rêves et la déconstruction des mots)

Viens découvrir le site de la compagnie !